Expo @ Voice Gallery de Marrakech

Eugenio Viola | PERMANENT VOCATION
exposition jusqu’au 30 septembre 2013

La Voice Gallery de Marrakech a le plaisir de présenter, le projet in-situ Permanent Vocation de Mariangela Levita spécialement conçu pour les espaces de la galerie.

Mariangela Levita a entrepris, ces dernières années, un parcours cohérent et solitaire à l’intérieur du statut de la peinture, elle en a sondé, avec attention, les éléments constitutifs, en se poussant jusqu’à la recherche extrême des racines mêmes de la perception. La peinture pour Levita est principalement une pratique auto-réfléchie, l’analyse d’un code, où l’artiste élabore de façon critique le rapport avec la tradition et en même temps raffine les instruments pour redéfinir le présent de ce médium. La citation méta-stylistique et le lien intertextuel sont les éléments qui informent sa théorie et sa pratique, toujours basés sur des élaborations articulées, sur des intersections et des stratifications de langages différents, indifféremment puisés dans la tradition aulique de l’histoire de l’art et dans les suggestions visuelles qui appartiennent au culture club.

Permanent Vocation est un projet emblématique de ce modus operandi fascinant, composé d’une série d’éléments apparemment antithétiques, forcés à devenir complémentaires. Les grilles optiques inspirées par les signes, les formes et les couleurs de la tradition visuelle islamique, sont transfigurés, à travers l’intervention de l’artiste, en motifs sériels et virés en clef lysergique pour former une série de papiers peints dont le modèle de départ nous rappelle les intérieurs des maisons typiquement marocaines, les Riad. Sur ce fond se superposent des œuvres sur toile, à leur tour réalisées avec des techniques et des matériaux appartenus à la tradition locale, à partir des poudres de couleurs jusqu’aux toiles mêmes, traitées en suivant les procédés utilisés encore aujourd’hui par les tisseurs de la Médine pour colorer les tissus reproposés symboliquement dans ce contexte, circonscrits et absolutisés dans l’encadrement apparemment rassurant de l’œuvre. Ces tableaux adoptent formellement une vision minimale et abstraite, qui contraste avec l’agressivité virale et propagatrice de l’intervention sur papier sous-jacente. Levita court-circuite délibérément la frontière qui sépare l’espace de la représentation avec l’espace environnant, en forçant le regard du spectateur à se briser sur la mise en scène d’une déflagration sensorielle qui explose, en relançant, amplifiées, les inquiétudes de l’art optique.

Mariangela Levita accomplit, dans Permanent Vocation, un voyage méta-temporel, elle réactualise différents modèles, en les défonctionnalisant en faveur d’une nouvelle perception de la nature de l’œuvre, elle propose une investigation sur la réalité même de la représentation et sur sa propre réalité sensorielle. La peinture devient un pur hypertexte apte a suggérer plusieurs contextes interprétatifs, à l’intérieur desquels Levita élabore à nouveau consciemment et sans scrupules les codes linguistiques, en délinéant un parcours cohérent qui identifie, à mon avis, un des discours les plus intéressants, aujourd’hui, sur ce que l’on appelle la « méta-peinture » et sur ses multiples inévitables hybridations et pertes de confins.

Permanent Vocation dans ce sens se présente comme une investigation conduite sur la structure de la représentation de la peinture, sur les conditions, les possibilités et sur ses modalités de représentation. Levita réfléchit sur la destinée de l’image dans une culture toujours plus sclérosée, en la déviant de son appartenance à un lieu, un temps ou un support déterminé et choisit une pratique qui se propage dans l’espace environnant, dans le hors-scène, dans le hors-tableau, mais toujours au-delà de l’encadrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>